Daily Market Reviews

 

Calendrier économique du 16 février 2017

Heure (GMT) Devise Événement Précédent Prévision
00:30 AUD Évolution de l’emploi 13.500 9.700
00:30 AUD Taux de chômage 5,80% 5,80%
12:30 EUR Compte-rendu de la réunion de politique monétaire de la BCE
13:30 USD Permis de construire 1,21 million 1,23 million
13:30 USD Indice manufacturier Philly Fed 23,6 18,5
13:30 USD Inscriptions au chômage 234.000 243.000
13:30 USD Mises en chantier 1,23 million 1,23 million

 

Résumé des marchés mondiaux

L’euro a fermé en ordre dispersé mercredi, alors qu’il a commencé à se rétablir des pertes engrangées suite aux chiffres décevants de la croissance de plusieurs pays en zone euro. La livre sterling a nettement reculé, prolongeant ainsi les pertes engrangées suite aux chiffres plus faibles que prévu de l’inflation au Royaume-Uni. Le dollar US a cédé du terrain pendant la séance nord-américaine, malgré les commentaires de plusieurs responsables de la Réserve fédérale favorables à un relèvement des taux d’intérêt en mars, puis deux autres fois en 2017. Le yen s’est majoritairement inscrit en hausse, même si l’appétit pour le risque restait élevé sur les marchés. L’or a effacé des pertes initiales et a fermé en hausse, aidé par le retrait du dollar US en fin de journée. Le pétrole brut a légèrement reculé suite à l’annonce d’une sixième semaine consécutive de hausse des stocks américains de pétrole.

 

Analyse quotidienne des paires de devises

EUR/USD – Après avoir reculé en début de séance et s’être rapprochée de 1,0500, la paire a rebondi en fin de journée en raison d’un affaiblissement du dollar US. En fin de séance, la paire était dans le vert mais restait juste en-dessous de la résistance à 1,0600 tout en étant au-dessus de la résistance à 1,0550 – que certains considèrent comme un seuil technique plus solide, susceptible de servir de support à la paire à l’avenir. Ceci étant dit, plusieurs responsables de la Réserve fédérale ont appelé à un relèvement des taux d’intérêt en mars. Il est également très possible qu’ils soient relevés à trois reprises cette année. Cela devrait beaucoup soutenir le dollar US et pousser cette paire à la baisse, alors que l’assouplissement monétaire reste de mise en Europe.

 

USD/JPY – La paire a avancé en début de séance et elle a atteint un plus haut situé seulement quelques pips en-dessous de 115,00 avant de se retirer. L’affaiblissement du dollar US pendant la séance nord-américaine a placé la paire en-dessous de son niveau d’ouverture, mais elle a trouvé du support à 114,00 et a alors rebondi. Face aux chances de plus en plus grandes de voir les États-Unis relever les taux d’intérêt le mois prochain, cette paire devrait avancer. Mais il est possible que les traders, notamment au Japon, restent prudents et maintiennent cette paire dans une fourchette serrée jusqu’à ce que la Fed passe à l’acte. Une fois les taux relevés, cette paire devrait s’orienter à la hausse et tester la résistance à 118,00. Nous devrons peut-être attendre fin mars pour que cela se produise.

 

USD/CAD – Alors que les mouvements du pétrole brut restaient agités mercredi, cette paire n’avait pas d’autre choix que de suivre l’évolution du dollar US. La paire a donc avancé en début de journée et s’est hissée au-dessus de 1,3100, puis elle a reculé pendant la séance nord-américaine parallèlement au retrait du dollar US. La paire est ainsi repassée en-dessous de 1,3100, puis en-dessous de son niveau d’ouverture, même si ses pertes sont restées limitées à moins de 10 pips sur la journée. Cette paire reste sans véritable direction pour le moment et le pétrole brut, sans direction également, ne peut pas vraiment l’aider. La perspective de relèvement des taux d’intérêt aux États-Unis pourrait la pousser à la hausse, mais les traders semblent hésiter à croire en la possibilité d’un relèvement des taux dès le mois prochain.  

 

GBP/USD – La paire a reculé en début de séance et est brièvement passée en-dessous de 1,2400 avant de trouver du support et de rebondir. La faiblesse générale du dollar US en fin de journée a permis à la paire d’avancer un peu plus, mais elle n’a pas réussi à se replacer à 1,2500. En effet, elle a été bloquée par la résistance qui se trouve à 1,2450, qui a servi de support à plusieurs reprises ces dernières semaines. D’un point de vue fondamental, la paire devrait être en train de reculer, compte-tenu de la faiblesse de l’inflation au Royaume-Uni et de la possibilité de relèvement des taux d’intérêt le mois prochain aux États-Unis. Mais, pour le moment, la paire résiste. Nous pensons qu’elle finira par partir à la baisse, avec le seuil de 1,2200 comme premier support.

 

Actualités des matières premières

Or – Au terme d’une séance agitée, l’or s’est inscrit en hausse mercredi après quatre séances dans le rouge. Il a rebondi d’un plus bas de deux semaines pendant la séance nord-américaine en réaction à un retrait du dollar US. Il était assez étonnant de voir le métal jaune avancer puisque les marchés boursiers continuent de grimper et que l’appétit pour le risque reste élevé. Par ailleurs, le président de la Fed de Philadelphie a déclaré qu’un relèvement des taux d’intérêt en mars serait approprié, tandis que le président de la Fed de Boston a estimé que les taux seraient relevés à trois reprises cette année. D’un point de vue technique, l’or suit un tendance haussière de deux mois, ce qui signifie qu’il devrait continuer d’avancer.
Pétrole – Le brut a subi des mouvements volatils mercredi avant de fermer en légère baisse, affecté par une sixième semaine consécutive de hausse des stocks américains de pétrole. L’Agence de l’Information sur l’Énergie a annoncé une hausse de 9,5 millions de barils des stocks de pétrole brut, soit trois fois plus que ce qui était prévu par les marchés. Pourtant, le cours du brut a perdu seulement 0,09$ sur la journée et est resté au-dessus de 53$ le baril une fois de plus. Compte-tenu de la forte production américaine de pétrole et de la hausse des stocks, le cours du pétrole brut devrait évoluer à la baisse, mais les traders continuent de tabler sur une hausse de la demande pour contrecarrer le niveau des réserves. Les baisses de production de l’OPEP apaisent aussi certaines inquiétudes.